Réforme des retraites 2023, ce qui vous attend:

Réforme des retraites 2023 : Présenté le 10 janvier, ce qui vous attend dans la réforme des retraites. Après avoir accueilli cette semaine les partenaires sociaux pour d'ultimes discussions, le Premier ministre doit maintenant dévoiler les grandes lignes de la réforme des retraites qui seront présentées en Conseil des ministres le 23 janvier.

résumer
Qui sera concerné ?
régime spécial
Difficulté
Les contours de la réforme des retraites seront enfin dévoilés. Après des semaines de discussions avec les partenaires sociaux et les représentants des groupes politiques, la première ministre présentera son projet mardi 10 janvier. La réforme des retraites sera portée en Conseil des ministres le 23 janvier avant d'être examinée à l'Assemblée nationale début février. Pour rappel, les administrateurs s'attendent à ce que ce programme débute à la fin de l'été 2023. Officiellement, le gouvernement n'a pas encore décidé d'une méthode. Cependant, l'exécutif penchait pour l'adoption du texte en l'intégrant dans la loi révisée de financement de la sécurité sociale (PLFSSR). Cette solution a l'avantage de pouvoir faire appel à l'article 49.3 de la Constitution (permettant de voter les lois sans vote parlementaire). Mais quel est le contenu de la réforme des retraites ? En effet, plusieurs mesures ont été proposées :

Prolonger l'âge légal de départ à la retraite : il est désormais fixé à 62 ans. L'ambition de l'exécutif est de le repousser progressivement à 65 ans d'ici 2031. Pour y parvenir, l'âge devrait être reculé de 4 mois chaque année à partir de l'été prochain. Pour autant, "65 n'est pas un totem", a déclaré mardi Elisabeth Borne devant le micro de France Info. D'autres pistes sont envisagées, comme le relèvement de l'âge légal à 64 ans, à condition d'allonger progressivement la durée de cotisation. Évidemment, dans ce cas, il faudrait travailler 43 ans pour prendre une retraite complète.
Relever la pension minimum à 85% du Smic pour toute la carrière : Reste à savoir si cette mesure s'applique uniquement aux nouveaux retraités.
En ce qui concerne le travail pénible, il a été fait référence à un fonds de prévention de l'attrition de carrière pour les métiers identifiés comme difficiles.
Pour favoriser l'emploi des seniors, l'administration envisage de mettre en place un indice de l'emploi des seniors dans les entreprises de plus de 50 salariés. Enfin, il souhaite permettre un meilleur accès à la retraite progressive et à la combinaison emploi-retraite.
Si la réforme des retraites n'a pas encore été formellement mise en place, elle fait déjà l'objet d'une forte opposition. Le syndicat rejette toute initiative visant à relever l'âge obligatoire de la retraite. Ils se sont engagés à se mobiliser si la mesure est confirmée. "Les Français sont plus raisonnables que certains dirigeants syndicaux et politiques. Personne ne veut être retenu", a réagi Olivier Dussopt dans un entretien au Parisien, ajoutant: "On ne peut pas prendre les gens pour des imbéciles. Les Français comprennent complètement ce que nous voulons dire". et devrait faire."

Qui ne sera pas concerné par la réforme des retraites ?
La réforme des retraites ne concerne pas les retraités actuels. Ce dernier prend sa retraite à 62 ans selon la loi en vigueur. Si le texte passe effectivement à l'été 2023 comme prévu par l'exécutif, les personnes nées entre le 1er juillet et le 1er décembre 1961 seront les premières concernées par le report de l'âge légal de la retraite. Concrètement, afin d'augmenter progressivement l'âge de la retraite, les cadres souhaitent augmenter la durée minimale de travail de 4 mois par an.

Qui sera concerné par la nouvelle réforme des retraites ?

Pour la génération 1961, l'âge de la retraite était de 62 ans et 4 mois.
Pour la génération 1962, l'âge de la retraite était de 62 ans et 8 mois.
Pour la génération 1963, l'âge de la retraite est de 63 ans en 2025.
Pour la génération 1964, l'âge de la retraite est de 63 ans et 4 mois.
Pour la génération 1965, l'âge de la retraite était de 63 ans et 8 mois.
Pour la génération 1966, l'âge de la retraite est de 64 ans.
Pour la génération 1967, l'âge de la retraite est de 64 ans et 4 mois.
Pour la génération 1968, l'âge de la retraite est de 64 ans et 8 mois.
Pour les générations 1969 et suivantes, l'âge de la retraite est de 65 ans.

La mesure vise spécifiquement à allonger la durée moyenne de cotisation des travailleurs. Avec la réforme, l'administration cherche à réduire le coût du système de retraite, qui dans son état actuel coûte 332 milliards d'euros par an, soit 14,5% du PIB, selon le Conseil d'orientation des retraites. A noter que les réformes initiées par le gouvernement prévoient l'allongement de l'âge de la retraite pour les travailleurs aux carrières plus longues ou dans les métiers dits durs.

La réforme des retraites va-t-elle mettre fin aux régimes spéciaux ?
Cet automne, l'administration et les partenaires sociaux ont collaboré sur les questions relatives aux régimes spéciaux. Pour rappel, il existe actuellement 37 régimes de retraite en France (régimes généraux, régimes complémentaires, régimes spéciaux). Parmi eux, il existe 15 régimes spéciaux. Quelque 4,2 millions des 16,9 millions de retraités français bénéficient de ces spécificités, selon la Direction de la recherche, de la recherche, de l'évaluation et de la statistique (DREES). Il s'agit notamment d'agriculteurs, de militaires, de fonctionnaires, d'indépendants, d'indépendants... Selon des régimes particuliers, les affiliés bénéficient de certains avantages en fonction de la pénibilité de leurs activités. En particulier, ils peuvent prendre leur retraite plus tôt, cotiser moins longtemps que les travailleurs du régime moyen et recevoir des prestations de retraite plus élevées.

En 2019 déjà, le gouvernement avait annoncé son intention de supprimer les régimes spéciaux au profit d'un système de retraite universel par points où chaque euro cotisé donne droit à chacun, quelle que soit sa profession. La déclaration a suscité un tollé chez les donateurs du programme spécial. Désormais, les dirigeants prévoient de mettre en œuvre des "clauses de droits acquis". Apparemment, c'est un problème, et à partir de 2025, les nouveaux employés qui cumulent des professions connexes ne pourront pas bénéficier de régimes de retraite spéciaux. Ainsi, les plus anciens conserveront le régime spécial auquel ils ont cotisé pendant des années, tandis que les nouveaux entrants n'y auront pas droit. Seuls les salariés ayant pris leur retraite en 2020 avec moins de 17 ans pourront se débarrasser du régime universel et continuer à profiter de leur régime particulier.

Les personnes assurées ne feront pas partie du nouveau régime universel et conserveront les avantages associés au régime particulier si elles sont nées avant :1er janvier 1975 pour la plupart des régimes spéciaux.
Employés du Port de Strasbourg, 1er janvier 1977
1er janvier 1980, pour la chorale et certains salariés de la SNCF, de la RATP, des IEG, des salariés de la Banque de France, de l'Opéra de Paris, de la Comédie Française et du personnel de l'Etat.
1er janvier 1982, pour les mineurs et les foreurs.
En revanche, l'administration s'est engagée, par la voix du ministre du Travail Olivier Dussopt, à ne pas toucher à certains régimes particuliers, comme ceux des marins, dockers et danseurs à l'Opéra de Paris.

Mieux vaut considérer les difficultés ?
Caissiers, ouvriers de l'industrie ou du bâtiment, femmes de ménage, aides ménagères, chefs de chantier, infirmiers... De nombreux emplois du secteur privé et de la fonction publique sont soumis à des conditions de travail